Forum Théâtre Magazine

   

     

 53ème Festival de Cannes 

     

FESTIVAL  INTERNATIONAL  du  FILM  de  CANNES

depuis    1997

     

   

     Sommaire           Cannes, d'un Festival l'autre

   

Cannes 2000, un Festival mythique !

   

Oui, le Festival de Cannes est magique!...

La 53ème édition a confirmé de nouveau avec superbe, cet adage qui bruisse sur la Croisette, de l'hôtel Miramar jusqu'au vieux port du Suquet!...

Comme choyés dans une bulle qui se loverait depuis les projections du petit matin jusque dans les profondeurs des fêtes de la nuit, les festivaliers investissent tous les recoins de temps et d’espace que chaque année, ces dix jours de mai offrent à la discrétion des cohortes sans cesse renouvelées des porteurs de badges!...

En effet des marches du Palais aux halls des Palaces, un ballet incessant d’affairement et de connivence ludiques invente une planète qui aspire avec compulsion ses initiés vers des écrans où l’exaltation se décline en affinités thématiques!....

En un cocktail de soleil paradisiaque et de chambre noire, cette retraite cinéphilique à dose massive lave les têtes et élève les esprits hors des contingences environnantes, échafaudant au passage une solidarité messianique de cartons d’invitations partagés entre adeptes!...

Mais où donc se trouve la Palme? Elle est passée par ici mais se trouve déjà là-bas!... A chacun de saisir au vol ce qui pourrait fort bien rappeler le pompon des manèges forains de l’enfance!...

Cependant la compétition officielle possède ses propres antidotes en faisant la part belle aux célèbres sélections parallèles, «Quinzaine des réalisateurs», «Semaine de la critique» ainsi qu’en galvanisant habilement et toujours plus le vivier de «Un certain regard»!...

Face à cette profusion cinématographique, nul ne peut sortir indemne et quoi qu’il arrive le sentiment de frustration s’invite en surcroît au programme!... et pourtant combien sont passionnantes et réjouissantes les découvertes qu’elles soient marginales ou fédératrices!...

C’est ainsi qu’en cette année 2000, qui aurait pu ignorer, au terme de la projection de «Dancer in the dark» mis en scène par Lars van Trier et avec l'interprétation faramineuse de Björk, qu’il venait assurément de visionner le film Lauréat?

Tellement différent!... Tellement poignant!... Comme un état de grâce qui aurait  envahi les imaginaires déjà saturés d'images de très haute qualité mais que le génie artistique n’avait pu jusque-là différenciées!...

Ainsi avec évidence en ce mois de mai 2000, un film d'emblée mythique venait sous l'ensemble des regards admiratifs, de naître en direct du Festival du Film International de Cannes!...

Theothea le 25/05/00

   

FESTIVAL  INTERNATIONAL  du  FILM  de  CANNES

depuis    1997

   

Retour

     Sommaire           Cannes, d'un Festival l'autre