Magazine du Spectacle vivant ...

   

     

  The  Rolling  Stones  

   

 

Sommaire      Billets de références

   

The Rolling Stones 2018

NO FILTER

au Vélodrome Orange de Marseille  

                                     

   

     

       

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

        No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

     

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

     

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

     

   

   

     

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

     

   

   

     

     

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

      

   

     

   

                      

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

     

             

Rolling Stones 2018

Playlist du concert

No Filter

au  Stade Vélodrome  de Marseille

le mardi 26 juin 18

     

     

  1. Street fighting man

  2. It’s only rock and roll

  3. Tumbling Dice

  4. Just your fool

  5. Get off my cloud

  6. Fool to cry

  7. You can’t always get what you want

  8. Paint it black

  9. Honky tonk woman

  10. You got the silver

  11. Before they make me run

  12. Sympathy for the devil

  13. Miss you

  14. Midnight Rambler

  15. Start me up

  16. Jumping Jack Flash

  17. Brown Sugar

  18. Encore: Gimme Shelter

  19. Encore: Satisfaction          

         

   

             

   

                        

        No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

        No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

       No Filter Tour - The Rolling Stones - Marseille   ©  Theothea.com

   

     

   

        

Sommaire      Billets de références

   

The Rolling Stones 14 on Fire Tour

au Stade de France  

                                     

   

     

       

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

     

     

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

     

   

   

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

     

[Image]

     ©  Theothea.com

     

   

   

     

     

     ©  Theothea.com

     

   

   

     

     

[Image]

     ©  Theothea.com

      

   

     

   

                      

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

     

             

Setlist du concert

Stones 14 on Fire au Stade de France

le vendredi 13 juin 14

     

     

  1. Jumpin' Jack Flash

  2. You Got Me Rocking

  3. It's Only Rock 'n' Roll (But I Like It)

  4. Tumbling Dice

  5. Wild Horses

  6. Doom and Gloom

  7. Bitch (by request)

  8. Out of Control

  9. Honky Tonk Women (followed by band introductions)

  10. You Got the Silver (Keith Richards on lead vocals)

  11. Can't Be Seen (Keith Richards on lead vocals)

  12. Midnight Rambler (with Mick Taylor)

  13. Miss You

  14. Gimme Shelter

  15. Start Me Up

  16. Sympathy for the Devil

  17. Brown Sugar

  18. Encore: You Can't Always Get What You Want (with Choir Ensemble Vocal Allegri)

  19. Encore: I Can't Get No) Satisfaction (with Mick Taylor)

         

   

                 

   

                        

[Image]

                            ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

[Image]

         ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

          ©  @jennifer_bailly

   

   

   

   

   

[Image]

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

 

   

        

Sommaire      Billets de références

   

The Rolling Stones 50 à Hyde Park

                                     

     ©  Theothea.com

   

   

   

     

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

     ©  Theothea.com

   

     

   

   

     ©  Theothea.com

   

   

Mick Jagger & Lisa Fischer

GIMME SHELTER

Hyde Park le 13/07/13   

video Theothea.com

     

     ©  Theothea.com

     

   

   

     

     

     ©  Theothea.com

      

   

     

                

     ©  Theothea.com

   

   

  Setlist du concert du 13/07/13 à  Hyde Park à Londres

  1. Start Me Up

  2. It’s Only Rock ‘N’ Roll (But I Like It)

  3. Tumbling Dice

  4. Emotional Rescue

  5. Street Fighting Man (By Request)

  6. Ruby Tuesday

  7. Doom And Gloom

  8. Paint It Black

  9. Honky Tonk Women

  10. You Got The Silver

  11. Happy)

  12. Miss You

  13. Midnight Rambler (with Mick Taylor)

  14. Gimme Shelter

  15. Jumpin’ Jack Flash

  16. Sympathy For The Devil

  17. Brown Sugar

  18. You Can’t Always Get What You Want (with the Voce Choir and members of the London Youth Choir)

  19. (I Can’t Get No) Satisfaction (with Mick Taylor)

         

   

                 

                 

     ©  Theothea.com

     

   

   

     

     ©  Theothea.com

     

        

Sommaire      Billets de références

   

Magistral Boomerang des Rolling Stones à Paris

        

     ©  Theothea.com

                             

Stade de France - Samedi 16 juin 2007 - 21h20 -

Bis repetita, les voilà donc de retour après l'unique concert de l'année dernière à Paris, maintenu à la suite des tribulations de Keith Richards aux îles Fidji.

Le Bigger Bang effectue une ultime escale en France en ayant restreint l'usage des plates-formes de sa superstructure n'accueillant plus d'happy few en ses ex-balcons d'Opéra rock avec vue à rebours. Seuls les projecteurs du light show flamboient sur les 4 étages de galeries de part et d'autre de l'immense écran vertical intégré dans le dispositif scénique.

Trente dates pour cette tournée estivale européenne sont prévues en compensation des annulations pour cause de trépanation et de laryngite lors de l'été 2006.

"Bonjour Stade de France" et c'est reparti pour deux heures d'effusion intense tellement la performance paraît dantesque, émouvante et quasiment magique.

     ©  Theothea.com

En avance relative de cinq minutes sur l'ouverture 2006, "Start me up" va d'emblée remettre les pendules à l'heure, mais voici déjà qu'un "Lets spend night together" plonge la nostalgie envoûtante dans des réminiscences venues des sixties.

En place de l'hommage à Ray Charles l'an passé, voici celui dédié à James Brown avec l'interprétation de "I'll go crazy", sur lequel Liza Fischer va faire frissonner sa sensualité vocale en la déclinant d'un blues guttural, fièrement enveloppée d'une robe prenant le vent en circonvolutions époustouflantes.

Bien des standards seront au rendez-vous, jusqu'au tourbillon final, "Honky Tonky Women", "It's Only Rock 'n' Roll", "Sympathy for the devil", "Brown sugar", "Jumpin' Jack flash" etc.... avec bien entendu en point d'orgue l'incontournable "(I can't get no) Satisfaction".

     ©  Theothea.com

Cependant les voici maintenant tous arrimés au convoi ferroviaire les amenant au centre du Stade pour un show intimiste mais dont le son continuera à provenir de la scène principale à l'inverse du show initial.

Ce lent aller et retour en wagon tracté et surélevé prend des allures nocturnes étranges où il ne manquerait que le brouillard pour en parachever le caractère fantastique. Le ronronnement des guitares, claviers et batterie semblent saccader le rythme d'un long voyage en provenance de l'enfer où le démon aurait ses sympathies.

Mais en sont-ils réellement revenus depuis l'accident fondateur des tourments du Bigger Bang ?

     ©  Theothea.com

De tous, Charlie Watts est devenu le plus serein au-delà de ses aléas de santé; Ron Wood semble flirter allégrement avec les lois de l'équilibre sur une corde raide; quant à Mick Jagger, jamais son engagement n'a été aussi sollicité; non seulement il joue son propre rôle au mieux du personnage vibrionnant qu'il affiche aux foules toujours en manque, mais tel un pater familias inquiet, il est à l'affût de tous et de chacun en garant préventif de l'harmonie générale, revissant les boulons de synchro par ici, encourageant du geste par là, tout en monopolisant l'attention du public par ses contorsions afin de masquer habilement les éventuelles failles de ses partenaires:

En effet si Keith Richards est réellement présent sur scène, sa silhouette quelque peu voutée, fragilisée, voire mal à l'aise pourrait aisément en laisser deviner l'ombre de lui-même.

     ©  Theothea.com

Bien entendu, si ses doigts jouent le jeu en faisant frémir les cordes à l'unisson sur le manche de la guitare, c'est que les automatismes fonctionnent à merveille grâce au savoir-faire acquis depuis près d'un demi-siècle.

Mais au souvenir d'un visage fermé qui l'an passé soutenait une fébrilité créatrice, il semblerait que le mal-être ait maintenant gagné du terrain jusqu'à pouvoir rendre l'artiste absent de son sourire.

     ©  Theothea.com

Ainsi en continuant de donner le change dans une grimace implicite mais ô combien humaine, les Rolling Stones révèlent leur véritable noblesse, celle d'un groupe transgressant les sequelles.

Ce concert, plus pathéthique qu'il n'eût pu paraître de prime abord pour une orchestration affichant toujours au mieux son ingéniosité musicale, témoigne d'une grande empathie, tenant la tête hors de l'eau à celui qui pourrait y sombrer.

Mais les Stones connaissent parfaitement les affres et sortilèges du démon, ils n'ont eu cesse de gérer leur carrière avec ses anges ensorceleurs. Face à la destinée, il est donc immanent qu'ils gagnent chaque défi de l'adversité, tous ensemble unis.

     ©  Theothea.com

En tout cas l'autre soir à Paris, c'était effectivement une ferveur quasi mystique qui transparaissait dans le public de la pelouse, placé au plus près du groupe légendaire... comme si chaque minute, chaque seconde du concert était un moment d'anthologie où seule l'intuition de l'enjeu avait l'exigence d'être muette face aux sourdes vibrations en exaltation au coeur du feeling.

Le pacte des Rolling Stones ne tient peut-être qu'à un fil, celui de la vie qui s'enroule à jamais, bien que: "I can't get no Satisfaction".

Theothea le 18/06/07

                  

     ©  Theothea.com

   

   Setlist du concert du 16/06/07 au Stade de France à Paris     

  1. Start Me Up

  2. Lets Spend The Night Together

  3. Rough Justice

  4. All Down The Line

  5. She Was Hot

  6. Waiting on a Friend

  7. Can't You Hear Me Knockin'

  8. I'll Go Crazy

  9. Tumbling Dice

  10. Happy

  11. Wanna Hold You

  12. It's Only Rock 'n' Roll

  13. It's All Over Now

  14. You Got Me Rockin

  15. Honky Tok Women

  16. Sympathy For The Devil

  17. Satisfaction

  18. Brown Sugar

  19. Jumpin' Jack Flash

              

Vos commentaires sur le Bigger Bang Tour

Sommaire      Billets de références

   

Le Bigger Bang des Rolling Stones à Paris

        

   

                        

A la veille du premier concert du «Bigger Bang» à Milan, dans le cadre de la tournée européenne différée en raison de la chute accidentelle de Keith Richards d’un cocotier maléfique, c’est bel et bien en sympathie avec le démon que Mick Jagger a parié avec succès sur la victoire de l’Italie face à la France pour la coupe du monde de football 2006.

Et cependant huit années auparavant, Les Rolling Stones avaient été les premiers à inaugurer le Stade de France en fêtant la victoire des Bleus au lendemain de la coupe 1998.

Présentement donc, en ce vendredi 28 juin en place de leurs deux prestations prévues initialement dans ce même lieu prestigieux, le célèbre groupe était attendu au coeur de l’été parisien avec l’impatience de ceux qui les célèbrent comme le « Bigger Band » de toute l’histoire du Rock and Blues....

         

LES ROLLING STONES AU STADE DU BIGGER BANG

     

     ©  Lonneke de Bruin

     

Stade de France - vendredi 28 juillet 2006 - 21h25 -

Les projecteurs s'éteignent, le ciel est lourd sous une température ardente; le "Bigger Band" va enfin pouvoir s'embraser avec le "Jumping Jack Flash" en prémices d'un frénétique "It's only Rock and Roll".

Ils sont tous là, les rescapés des deux concerts annulés à Paris pour une cession de substitution à l'identique: "Mieux vaut tard que jamais" confiera dans quelques instants Mick Jagger.

Miraculé des dieux du Rock and Roll, Keith Richards redescendu d'un au-delà de l'Olympe est ici bien vivant sur l'immense scène alors même qu'en flirtant avec le pire, le guitariste semble avoir laissé en gage son sourire légendaire tout en retrouvant sa tête des mauvais jours... Ce qui pour les afficionados est un très bon signe.

D'emblée Charlie Watts étonne par son contraste avec le reste du band: Serait-il devenu celui qui, en apesanteur sur son nuage de fumée, respire la sérénité en validant l'absence de doute vital ?

Quant à Ron Wood en fidèle acolyte débridé, il est déjà fébrile à l'ouvrage, plus que jamais convaincu qu'un sevrage gagné saurait être un investissement à long terme sur les actions et obligations du groupe mythique.

S'enchaînent alors un peu poussif, le récent "Oh no not you again" et le classique "She's so cold" auquel on eût largement préféré un "Let's spend the night together" programmé en lieu et place sur les "play list" des premiers concerts européens.

Mais voici venu le temps des blues d'excellence initiés par un émouvant "Tumbling dice" au feeling de branle-bas, pour un sublissime "As tears go by" plus que jamais évocateur de Marianne Faithfull et un petit nouveau dans la cour des grands, le mélancolique et poignant "Streets of love".

Dès lors Mick Jagger peut sortir le grand jeu d'harmonica pour sculpter dans les gémissements de l'âme, un cultissime et rugueux "Midnight rambler" au feeling.

Bientôt accompagnée du saxo de Bobby Keyes, la sensuelle Lisa Fischer fera jaillir à son tour dans les frissons à fleur de peau, son envolée vocale pour un "Night time is the right time" au cours d'un superbe duo avec Mick en hommage à Ray Charles.

     

Point d'orgue. Ô temps suspend ton vol !...

           

     ©  Lonneke de Bruin

     

Toutefois à cet instant du show des retrouvailles, quasi inespérées à une trépanation près, le passage obligé depuis quelques décades où Keith se doit de psalmodier deux complaintes d'abord en solo "This place is empty" et "Before they make me run" pendant que le Maestro se ressource en coulisses, apparaît quelque peu suranné.

D'ailleurs un concert des Rolling Stones est forcément l'objet d'un enjeu diabolique, mais il semblerait que ce soir à Paris, la bande des quatre s'y amuse assez peu à l'unisson. Perspective ô combien paradoxale depuis la pelouse en "or" d'avant-scène ?

Certes la partie mobile de la scène s'étant maintenant déplacée sur rails vers le centre de gravité du stade, tous souquent désormais en cadence au mieux du rock and roll, "Miss you", "Rough justice", "Start me up", mais quelque chose du charme d'avant la chute Fidjienne semble s'être muée soudain en détermination davantage qu'en plaisir.

La perfection technique d'après le "big bang du cocotier" ne trahit aucune souffrance maligne d'avant le choc cérébral, mais cependant, immergé au coeur du public, un tourment imperceptible semble surnager au travers des quatre musiciens en mal d'harmonie.

Puis alors que la scène s'en retourne peu à peu vers son point d'ancrage initial, l'exhibition se bonifie de surcroît, tout à l'avantage d'envoûtants riffs de bravoure sur "Honky tonk woman" et "Sympathy for the devil".

Si le perfectionnisme de Mick Jagger, en côtoyant les limites du prévisible, devait perdre sa haute main sur le destin collectif, le leader a en contrepartie maximalisé la conscience professionnelle du groupe en misant le patrimoine artistique sur la performance interactive, ici et maintenant :

Place donc à un magistral "Paint in black" d'anthologie à la cithare électrique s'ouvrant sur le must du "Brown Sugar" au sommet de l'art total pour "spectacle musical vivant" :          

Quelle magnifique infrastructure en effet que cet échafaudage métallique enrobé de galeries de lumière psychédélique d'où la gent privilégiée admire comme au balcon du théâtre, les héros d'une nuit magique magnifiée de bâtonnets luminescents agités par des milliers de mains !...

      

     ©  Lonneke de Bruin

              

Surplombant le chanteur hors normes, voici l'écran central qui le démultiplie au centuple des yeux rivés sur le charisme personnifié, son savoir-faire ainsi que ses faire-valoir.

Si l'ensemble du dispositif est largement à la hauteur du concept projeté pour de vastes volumes acoustiques, il s'ensuit que l'opportunité de parcourir la scène de long en large n'a plus la même nécessité chevillée aux jambes du leader sexagénaire (63 ans et 2 jours en temps réel) néanmoins toujours partant et bondissant de plus bel à l'approche sentencieuse du final, "Can't always get what you want" :

23h40 - Le ciel s'est alors fort pertinemment étoilé !...

Un feu d'artifices en miniature pour cause de proximité de voûte des tribunes va mettre un terme momentané à l'hymne de ralliement "I can't get no satisfaction" prônant depuis près d'un demi-siècle la frustration en art de vivre à outrances, alors qu'en cette 31ème tournée mondiale, les Rolling tonnent ce grandiose "Bigger Bang" dont la réalisation conceptuelle signe la plus aboutie de leurs créations scéniques.

Theothea le 30 juillet  2006      

Photos  ©  Lonneke de Bruin

Vos commentaires sur le Bigger Bang Tour

Sommaire      Billets de références

   

Les Rolling Stones en suspens

devant Keith Richards

   

Sommaire      Billets de références

   

SHINE A LIGHT A L'OLYMPIA

        

     ©  Theothea.com

                             

Ce mercredi 9 avril 2OO8, de grandes lettres rouges flamboient sur la façade de l'Olympia:

SHINE A LIGHT

SCORSESE

Le film, déjà culte avant d'être vu, signé par Martin Scorsese passe en avant-première dans la salle mythique de Paris où les Rolling Stones ont déjà donné plusieurs fabuleux concerts; ce que ne manquera pas de rappeler, en son discours d'accueil, le musicien Arnaud Delebarre à sa direction depuis 2003.

Voilà donc un public de connaisseurs qui pénètre, dès 20h00, dans l'antre magique et attendra patiemment assis à même le sol de l'orchestre dénudé, pour la circonstance, de ses traditionnels fauteuils rouges alors que les VIP seront confortablement installés au balcon.

21h00 - S'illumine enfin l'écran du célèbre Music-Hall afin de découvrir le film "document" réalisé à New York à partir de deux concerts donnés au Beacon Theater en novembre 2006 au cours de la tournée "Bigger Bang".

Après un prologue cocasse où Martin s'inquiète de ne pas avoir obtenu l'ordre des chansons et réclame ainsi la "set list" afin de savoir par lesquelles le show va commencer, s'organise peu après la présentation du groupe à la famille Clinton avec poignée de mains remarquée de Keith Richards à la mère d'Hillary, voici que soudain les Rolling Stones vrombissent de l'écran alors que Scorsese en devient leur deus ex machina:

En effet, telles des proies devenues son obscur objet du désir, les seize caméras lèchent au plus près les corps et les visages, le sourire carnassier de Mick Jagger et ses déhanchements à rendre jaloux les plus jeunes tant le chanteur garde sa fraîcheur; on assiste à des riffs de guitare inspirés entre le vieux loup Keith Richards et un Ron Wood malicieux, le tout devant l'éternel placide Charlie Watts.

Le zoom des objectifs épouse au plus près l'expression du leader charismatique au point de voir les veines du cou se gonfler dans sa course effrénée devant... un public un peu trop sage, de belles blondes figurant au devant de la scène, triées sur le volet et aux antipodes du public électrisé de leurs concerts européens.

"Shine a Light" a aussi des "guest stars", Jack White des White Stripes, la platinée Christina Aguilera qui, très sensuelle, jouera "Live with me" avec Mick Jagger et surtout le très légendaire bluesman Buddy Guy qui, du haut de ses soixante-dix ans, avec sa voix charnelle et profonde, tel un orage, fait trembler la salle.

La pellicule capte l'essence "divine" du groupe en faisant de Mick Jagger l'icône auréolée par l'inflorescence de la scène sur l'autel du Beacon Theater.

Des images d'archives parsèment l'exhibition comme autant de respirations, à l'instar de quelques interviews des années soixante à nos jours, qui, loin d'être nostalgiques, renforcent la conviction du groupe de leur éternelle jeunesse malgré les visages fripés, ainsi que leur certitude d'être présents à chaque époque tout en demeurant juvéniles dans l'âme... celle de gamins au sourire malicieux qui continueraient à faire chavirer le monde.

Guidé par l'épure créatrice, le réalisateur recueille en direct l'énergie du groupe dans des images travaillées au scalpel et un son peaufiné à la perfection avec la mission exclusive de reproduire l'influx du groupe en sa quintessence.

Symbolique cure de jouvence à l'égard des générations du baby boom, ce nouvel opus cinématographique de Martin Scorsese est d'emblée destiné à trôner, en tant que témoignage musical emblématique de son temps, au sommet du Panthéon universel de la Rock Culture.

Cat.S pour Theothea.com

Sommaire      Billets de références

   

ROLLING STONES SUR SEINE, A BERCY

   

Faramineux!...

Ce soir-là le 7 juillet 2003, où ils s'exhibaient à Bercy pour la première fois de leurs quarante années de carrière, dès les premières secondes et même avant leur entrée en scène, il était évident que le concert allait être grandiose!....

Tout vibrait, tous vibrionnaient dans la moiteur des ondes impalpables qui transforment une salle en électricité à haute tension!...

21h55, lâcher des "Pierres" qui se lancent comme une seul homme à l'assaut de cent vingt minutes extatiques s'emparant du grand paquebot métallique pour le propulser intuitivement dans les étoiles!... Si la cuirasse du navire devenu sidéral, pouvait conserver en mémoire vivante cette magie en suspension, pour sûr qu'il devrait atteindre l'état de grâce où l'histoire d'un groupe se cristallise soudain en un concert mythique, celui qui n'a jamais été, celui qui ne sera jamais plus!...

Comment retenir l'instant qui s'échappe avant même d'avoir touché la plénitude de l'âme pour déjà laisser place à de nouvelles vibrations?

Comment retenir l'émotion qui ne cesse de surgir en impulsions d'artifices dans le feu des dieux?

Si l'apothéose devait posséder une signification cachée, voici le maître étalon des sixties qui implose d'énergie supersonique en plein vol de légende!....

Oui ce soir-là, Les Rolling Stones étaient à Paris sur Seine, plus vivants que jamais et pourtant rien ne devrait subsister par delà leur salut final, si ce n'est le fantasme de savourer ce souvenir atomique jusqu'au plus sensitif des neurones!....

Theothea le 08/07/03

Sommaire      Billets de références

   

Mais où sont donc les Rolling Stones?

     

Ils courent, ils courent.... ils sont passés par ici, ils repasseront par là!....

Qu’y sont-ils donc, venant du fin fond des années soixante pour perpétuer de générations en générations cette aura mythique où leur musique se fraye à coup de symboles successifs une magie intemporelle et universelle, les exposant « hic et nunc » et pourtant déjà ailleurs?

A quelques instants de l’entrée en scène, Mick Jagger s’investit dans son fantôme, son autre lui-même, notre autre nous-mêmes!... bondissant, jaillissant, emmergeant de l’inconscient collectif pour offrir au public le miroir magique de l’éternelle jouvence ou de son ombre réfléchissante!... De stade en stade, l’onde de choc vibrionne de tous ses éclats renvoyant en écho les accords scandés des mélopées obsédantes!...

Les Rolling Stones s’offrent durant cent cinquante minutes et au bout du compte sont déjà de l’autre côté du miroir! Insaisissables instants, impossible arrêt sur image, tant le mouvement ondule...de cette frustration jaillit la fascination...et l’instant d’après la sortie de scène, les fantômes s’évanouissent, la nuit de la réalité reprenant ses prérogatives!...

Sur la tournée « Bridges to Babylon » en étape à Paris, clamant au Stade de France: « Je suis fier d’être dans le stade des champions du Monde », Mick Jagger soulève une immense ovation! Cependant le site dessine une telle caisse de résonance qu’il en suscite inéluctablement une désynchronisation des idées, des sons et de leurs images!......

Curieuse alchimie d’acier où Mick Jagger se désarticule alors que que la voix faramineuse de Lisa Fischer provoque des frissons électrisant la foule compacte tandis que Keith Richard sur un léger nuage sourit aux anges!....

En contre point, le concert de Katowice s’affirma comme un miracle initiateur: à quinze kilomètres d’Auschwitz, en plein coeur du bassin minier de Silésie, le stade Saski en cours de réfection s’ouvrait sur un espace indicible, déterminant un lieu de transit totalement approprié au geste « Stonien » évanescent!.....

Alors sur la presqu’île où les Stones trouvent durant quinze minutes le refuge des origines en une rédemption intangible, ballottés comme sur un radeau en furie, ils surfent sur les vagues d’un public médusé et tellement proche!....like a Rolling Stone....

Maintenant à l’approche de la phase ultime, la nouvelle génération Polonaise réclame à hue et à dia leurs « Rolling Stones » qui comme à l’accoutumé se sont illico évaporés..... « I can’t get no Satisfaction » murmure la rumeur!......

Theothea le 21/08/98

Sommaire      Billets de références

   

Stade de France: Quatre plus Un!..

     

Au Stade de France, ce vendredi 4 Septembre 98 en averses, il n’y eut pas de combat symbolique entre l’eau et le feu car le vrai challenge était effectivement ailleurs!... En effet le spectacle de Johnny Hallyday aurait dû être le premier show du Stade de France mais les Rolling Stones avaient réussi à rompre cette exclusivité en y présentant une semaine après le MONDIAL leur «Bridges to Babylon Tour».

Seul évidemment un des deux spectacles pouvait inaugurer le Stade de France et son challenger ne pouvait qu’espérer faire oublier le précédent. C’est pourquoi Jean-Claude Camus le producteur de Hallyday s’efforça de battre le « Bridges to Babylon Tour » sur son propre terrain en tentant de récupérer les concepts utilisés pour les porter à leur paroxysme!....

Mais accroître les dimensions du show ne permettaient pas de dissimuler que la structure de la scène ressemblait étrangement à celle du « Woodoo Lounge », tournée 95 des Stones où ils donnèrent notamment une représentation sous un orage diluvien à Longchamps, que la nacelle avec bras télescopique emmenait déjà Mick Jagger sur l'hippodrome d'Auteuil dans les années 80, que l’écran ovale placé au milieu de la scène de dimensions semblables à celui du "Bridges to Babylon" n’en avait pas la qualité de définition et laissait transparaître des « briques » numériques en fond d’écran, ce qui pouvait laisser croire souvent que Johnny avait les joues rouges!....

Enfin comble de la récupération, même le pont-levis avait des airs de Golden Gate Bridge, déjà utilisé dans le show du Parc des princes pour les 50 ans de Johnny. Bref Camus aurait fort bien pu intituler le show de Johnny « Pont pour Babylone » que le show aurait été raccord!.....

Des idées originales apparaissaient néanmoins tel ce plateau de type OVNI à roulettes qui permettait à Johnny et ses musiciens de se déplacer comme sur un coussin d’air le long d'une route de 160 mètres en déclivité. Ceci dit là où Mick Jagger effectue son jogging incessant, Johnny y substitue une prothèse géniale d’handicapé moteur qui, allez savoir pourquoi, rappellerait volontiers le défilé de mode clérical de Fellini Roma!....Glissade à la fois majestueuse et délirante!....

Mais cessons cet inventaire qui place délibérément ce show, là où il n’aurait jamais dû être, à savoir en compétition effrénée avec les Rolling Stones!....

On ne le dira jamais assez, l’atout exclusif de l’artiste Hallyday, c’est sa voix et rien que sa voix!..... D’ailleurs il le sait, il l’a parfaitement compris depuis très longtemps mais peut-être son public n’en est pas suffisamment conscient et surtout les mélomanes ne le savent toujours pas!....

Dans cette perspective, sa carrière ne ferait que commencer, dans la mesure où ses vieux démons le laissent en paix!....Et cependant au Stade de France, il n’est pas impossible que Johnny se soit inquiété d’avoir enfin trouvé son maître en la personne de Florent Pagny dont l’interprétation en duo du « Pénitencier » atteignit une puissance et une limpidité inégalées!...

Avec un accompagnement symphonique et celle d’une chorale de 400 chanteurs dans une cathédrale aussi vaste et néanmoins conviviale, l’interprétation de Johnny atteint les frontières du sublime voire du mystique:. ainsi en fut-il de DIEGO en développant un rythme autant obsédant que langoureux!....Bref charisme, carrure et mariage des voix imprégnèrent de manière indélébile ce stade magique qui vit se succéder en 3 mois des évènements éminemment fondateurs!

Toutefois il est fort peu probable que ni les Stones, ni Hallyday ne reviendront faire un show au Stade de France; s’agissant de prestations uniques où ils furent associés par concomitance d’inauguration! Au demeurant u