Magazine du Spectacle vivant ...

   

 

   

Les    Chroniques   de

  

23ème  Saison     Chroniques   23.26   à   23.30    Page  438

 

     

          

             

© Theothea.com    

   

       

   

       

© Theothea.com    

     

       

     

© Theothea.com    

   

     

                

     

© Theothea.com    

     

     

           

     

71ème Festival de Cannes 2018

La Croisette 2018

   

Les Molières 2018

Les Nominés & Lauréats 2018

Les Molières 2018

           

R E V I V A L

Stones 14 on Fire Paris

Wight ! + 48 années après

     

Toutes nos  critiques   2018 - 2019

Les Chroniques de   Theothea.com   sur    

   

THEA BLOGS                    Recherche   par mots-clé                    THEA BLOGS          

BOEING-BOEING

« Boeing-Boeing » Frank Leboeuf copilote le turn over amoureux au Daunou

   

de Marc Camoletti

mise en scène  Philippe Hersen

avec  Véronique Demonge, Frank Leboeuf, Thierry Samitier,  Cyndy Cayrasso, Marinelly Vaslon & Caroline Ami

****

     

Théâtre  Daunou 

   

© Theothea.com

                                                     

Sur un rythme délibérément ternaire pour une croisière en trois actes intriquant trois hôtesses de l’air face à trois protagonistes, Bernard, Robert & Berthe, eux, bien décidés à maintenir l’illusion optique de la partenaire unique entre chaque escale à Orly, la Comédie de tous les records de reprise écrite par Marc Camoletti en 1958 atterrit à Paris, soixante ans après sa création, franchissant l’affiche du Théâtre Daunou dans une orchestration relookée et décomplexée signée Philippe Hersen.

Au travers d’une perspective vintage où le noir & blanc règnerait en puzzle sur le décor et les costumes, la couleur chair des bras, jambes et visages vient contraster le souvenir télévisuel façon « Au Théâtre ce soir » d’avec présentement la sublimation stylisée de six comédiens en pleine transe genre comique.

Mais attention, c’est du sérieux d’être fiancé ! Aussi Bernard, architecte de son état célibataire, organise-t-il un planning synchronisé entre les vols de différentes compagnies aériennes pour maintenir son futur mariage en suspension éthérée.

En effet Jacqueline, Janet & Judith se succèdent-elles dans un ballet suffisamment cadencé pour que jamais, ô grand jamais, ces prétendantes exclusives à leurs propres yeux n’aient l’opportunité malheureuse de se rencontrer dans l’appartement des retrouvailles.

Pour réussir ce tour de passe-passe permanent, deux acolytes ne sont pas de trop pourvu qu’ils épousent la cause à plein régime.

Robert, admiratif de son ancien camarade de lycée, va déployer un trésor de subterfuges gagnants qui n’auront pas tous, loin de là, les résultats escomptés.

Quant à Berthe, la gouvernante, elle pourrait presque se présenter comme la cheville ouvrière de tous les états amoureux transversaux, à ses dépends ou non mais, à coup sûr, avec une malignité cocasse.

Dans ce contexte de transit incessant, les trois hôtesses auront beau jeu de claquer les portes du vaudeville chacune selon son feeling spécifique mais toujours selon cette grâce féminine fédératrice obligeant les deux mâles à réviser, au fur et à mesure, leur stratégie conquérante tombant peu à peu en brèche jusqu’à ce qu’un baiser impromptu change la donne.

Alors, peut-être, sera-t-il désormais envisageable de remettre du sens et de l’identité adaptés à chacune de ces relations désordonnées !

Tout cela est léger, charmant, drôle et plein d’espièglerie; la dégaine cool de Frank Leboeuf n’y est pas pour rien; la verve (en l’occurrence provençale) de Thierry Samitier décoiffe ses répliques à l’emporte-pièce et le regard pincé de Véronique Demonge valide à rebours la posture masculine téméraire pendant que les trois jeunes femmes, tour à tour, se relaient pour assurer la posture séductrice sinon affective qui sied à un tel envoûtement collectif.

Bref, Boeing-Boeing çà décolle à plein tube pseudo romantique et c’est précisément pour cela qu’un happy-end lui va si bien !

Theothea le 20/11/18       

             

   

© Theothea.com

              

CYRANO

de  Edmond Rostand 

mise en scène  Lazare Herson-Macarel  

avec  Julien Campani, Philippe Canales ou Eric Herson-Macarel, Céline Chéenne, Eddie Chignara, Joseph Fourez, Salomé Gasselin ou Julie Petit, David Guez, Pierre-Louis Jozan, Morgane Nairaud, René Turquois & Gaëlle Voukissa   

****

     

Théâtre de La Tempête

   

© Theothea.com

                                                 

prochainement

       

             

© Theothea.com

              

RADIEUSE VERMINE

« Radieuse Vermine » Recherche Bonheur versus Monstruosité au Petit Montparnasse

     

de  Philip Ridley 

mise en scène  David Mercatali  

avec  Joséphine Berry, Floriane Andersen & Louis Bernard   

****

     

Théâtre du Petit Montparnasse

   

© Jessica Forde

             

Les photos du spectacle présentant sur fond de décor blanc virginal trois jeunes comédiens beaux, propres et lisses n’invitent point a priori aux doutes sur l’image de candeur dont ils sembleraient dépositaires.

A vrai dire, le couple formé par Fleur & Olive n’est pas réaliste et devrait relever davantage du conte loufoque et fantastique mais cela ne fait qu’accroître sa valeur exemplaire et métaphorique du monde moderne où se dévoie la part d’humanisme dont chacun d’entre nous hérite à la naissance.

En effet, ils sont gentils et sympas, ces futurs parents du bébé annoncé mais cependant, à peine arrivés sur scène, ils éprouvent l’impérieux besoin de se justifier aux regards des spectateurs en confiant que, de leur union, est survenue rapidement une grande réussite mais qu’ils s’étonnent encore des moyens redoutables qu’il leur a fallu mettre en œuvre, quasiment contre leur gré… mais paradoxalement avec leur assentiment.

Certes, Fleur & Olive n’ont pas gagné le grand prix de la loterie nationale, toutefois, en acceptant de rénover une maison par eux-mêmes, c’est la gratuité de cette acquisition imprévue qui s’offre, en promotion ou autre coup de baguette magique, comme perspective heureuse de leur prochaine vie en famille agrandie.

Mais voilà que, de leurs acquiescement et adhésion à ce projet mirifique dont ils ne connaissent que l’objectif attrayant, va s’enclencher une spirale compensatrice dans laquelle à tout progrès pragmatique correspondra une entité vivante détruite.

En termes paraboliques, cela signifiera que, dans leur nouvelle maison, pour toute pièce rénovée sans frais par l’opération du saint-esprit, sera délibérément sacrifiée, de manière systématique et quasiment aléatoire, la vie d’un de leurs contemporains beaucoup moins favorisés par la destinée.

En outre, une chose serait de constater ce phénomène sociétal morbide mais une autre serait, par surcroît, d’y prendre goût et d’en devenir addict.

Alors que ce processus infernal de réhabilitation se développe avec grande efficacité, voici que tout le quartier devient peu à peu résidentiel et c’est donc au sein d’une grande fête réunissant tous leurs nouveaux voisins que sera atteint une sorte d’apothéose chorégraphique où les deux partenaires interpréteront pléthore de portraits caricaturaux ô combien significatifs et s’exhiberont, pour la cause, en une performance scénique époustouflante.

Au terme du conte, les tourtereaux seront de nouveau confrontés au tiers opportun, cette fée du logis « attribué gratis », prenant en l’occurrence les traits séduisants d’une représentante immobilière gouvernementale, et devront, de manière prosaïque, répondre à l’ultime question « Stop ou encore ? » induisant une éventuelle surenchère « gagnant - gagnant » mais pour qui ?

On l’aura compris, cette fable théâtrale formidablement écrite par Philip Ridley, spectaculairement dirigée par David Mercatali, et dynamiquement jouée par Joséphine Berry, Floriane Andersen & Louis Bernard, a pour évidence de renvoyer chacun des concitoyens face au miroir du double confronté à l’alter ego systémique.

Liberté de choix face au concept du « progrès », voilà de quoi, autant lucidement que cyniquement, faire joyeusement réfléchir les consciences.

Theothea le 01/12/18

   

                   

© Theothea.com

              

LA RONDE

de  Arthur Schnitzler 

mise en scène   Jean-Paul Tribout  

avec   Lea Dauvergne, Caroline Maillard, Marie Christine Letort, Claire Mirande, Xavier Simonin, Laurent Richard, Jean Paul Tribout, Alexandre Zekri, Florent Favier   

****

     

Théâtre 14  

   

©  LOT

                                                 

prochainement

       

             

© Theothea.com

              

L'AUTRE FILLE

de  Annie Ernaux 

mise en scène  Jean-Philippe Puymartin  

avec  Marianne Basler

****

     

Théâtre  Les Déchargeurs 

   

©  Julien PIffaut

                                                 

prochainement

       

             

©  Julien PIffaut              

Recherche   par mots-clé