Magazine du Spectacle vivant ...

   

     

  SYLVIE  VARTAN  

   

 

Sommaire      Billets de références

   

     

SYLVIE VARTAN

   

Olympia  2015   

       

   

       

     

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

   

   

   

       

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

     

   

     

     

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

   

   

     

       

           Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

   

         

       

       

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

   

     

     

         

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

     

     

     

   

         Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

     

     

     

     

Pour deux soirées exceptionnelles d'avril 2015

Sylvie Vartan chantait

La Country à l'Olympia

Theothea le 24/04/15   

   

   

   

     

        Sylvie Vartan   12 avril 2015   Olympia

 

   

       

   

Sommaire      Billets de références

   

     

SYLVIE VARTAN

   

Folies Bergère  2014   

       

   

       

         ©  Theothea.com 

   

   

   

       

         ©  Theothea.com 

         

   

     

   

         ©  Theothea.com 

   

   

     

     

     

Pour deux soirées exceptionnelles de février 2014

Sylvie Vartan chantait

Nashville aux Folies Bergère

          

Theothea le 14/02/14   

   

Sommaire      Billets de références

   

     

SYLVIE VARTAN

   

Châtelet  2011   

       

   

       

         ©  Theothea.com 

   

   

   

       

         ©  Theothea.com 

         

   

     

   

         ©  Theothea.com 

   

   

     

   

         ©  Theothea.com 

   

     

     

   

   

         ©  Theothea.com 

     

     

     

   

   

         ©  Theothea.com 

     

     

     

Pour trois soirées exceptionnelles de septembre à octobre 2011

Sylvie Vartan rayonnait au Châtelet

avec son " Soleil Bleu "

     

Theothea le 07/10/11   

   

Sommaire      Billets de références

   

     

SYLVIE VARTAN

   

L' Olympia 2010   

       

   

       

         ©  Theothea.com 

         

Pour trois soirées exceptionnelles de mars 2010, Sylvie Vartan reprenait le chemin de l’Olympia, où elle se sent si bien chez elle, avec désormais, son cœur en bandoulière de « Toutes peines confondues ».

Rarement, album aura autant fait l’unanimité, alors que chacune de ses chansons semble pointer, tour à tour, toutes les notes d’une mélancolie paradoxalement enchanteresse.

C’est comme si l’ensemble de ses auteurs s’était donné le mot pour célébrer l’état de grâce qui sied à la maturité artistique.

La dame, d’abord en robe longue, puis en costume deux pièces, tout de noir rehaussé de collerettes ou poignées blanches à volants, est entourée d’une formation es qualité menée au piano par l’incomparable Gérard Daguerre, et accompagnée en chœur par l’attentive Sophie Thiam.

   

     

         ©  Theothea.com 

   

L’écoute de la salle est profonde au point de ne pas prendre la mesure du temps filant déjà vers les rappels, alors que « la chanteuse aura toujours vingt ans ».

Mais bien que « l’un part et l’autre reste », il serait « sacrilège de déchirer une lettre d’amour » et c’est ainsi que « Je chante le blues » et « L’amour avec des sentiments » pourraient, fort bien, être « Signé Sagan »…

Sylvie irradie et, heureuse par conviction assumée, semble profiter de chaque instant du spectacle avec l’intensité de celle qui perçoit le temps en suspension comme la limite à repousser vers l’infini…

Alors, bis repetita pour son show Olympiesque en empathie avec l’âme slave, sous atavisme langoureux, nostalgique et intemporel…

Theothea le 05/03/10

Sommaire      Billets de références

   

     

SYLVIE VARTAN

   

L' Olympia 2009

        

   

   

     

         ©  Theothea.com 

         

" La plus belle pour aller danser... "

   

   

     

   

         

   

   
   

A la recherche ... du temps retrouvé

   
         

   
   
   

   

   

         
   

   

   
         

   

   

   

   
          

         

   

" Je chante le blues ... " 

   

   

         
   
     

   
   

" Toutes peines confondues ... "

 

   

         

   

" L'Amour avec des sentiments ... "

   

   

" Signé Sagan ... "

       

   

         

   

   

   

   

         

   

     

" La chanteuse a 20 ans ... "

     

  

       

   

   

   

" Mélancolie ... "

     ©  Theothea.com

   

   

   

   

   

L' Olympia   2009

   

   

   

   

     

Sommaire      Billets de références

   

   

SYLVIE VARTAN au Palais de l'apothéose

        

     

           

         

Pour le plaisir, Sylvie Vartan effectuait ce samedi 12 avril un dernier tour de piste en s'offrant un "Palais des Congrès" supplémentaire, exclusivement pour le fun, annoncé seulement à l'issue des dates initiales, deux mois auparavant.

Tel un show ultime, cet adieu aux grandes scènes fit de ce concert parisien un spectacle exceptionnel durant lequel la chanteuse avait décidé d'en vivre chaque seconde comme l'on déguste un nectar.

Cette faculté d'être heureuse au moment approprié fut un véritable cadeau des dieux. La "plus belle pour aller danser" faisait ainsi non seulement un parcours sans faute de goût mais, comme libérée de toutes les contraintes perfectionnistes, se laissait emporter par l'adrénaline de l'instant présent. Cette nouvelle et dernière vague submergeait la salle qui renvoyait en retour un immense "merci" venu du fond du coeur.

        

         

Ces trois heures de récital constituaient donc l'aboutissement artistique de la tournée "Nouvelle Vague" mais inscrivaient surtout en lettres de feu, le point culminant d'une carrière fêtée avec trois proches, David le fils tant aimé, Jean-Jacques Debout l'ami des tendres années et en pensée, Carlos, l'ami de toujours, disparu durant les répétitions de janvier au Trianon.

C'est Tony Scotti, son époux, producteur et en l'occurrence metteur en scène qui, apparaissant pour la première fois en public à la fin d'un grand happening, donnerait l'ultime baiser couronnant la passion de sa Dame qui imagine désormais son devenir artistique selon des scénographies plus intimistes.

        

   

En vibrations avec l'auspice thématique du juke-box trônant sous l'auréole des lumières sixties, les chansons à la demande avaient incité Sylvie à interpréter un "Mozart / Caruso" connu exclusivement jusqu'ici du public Italien qui eut pour effet à la note finale de déclencher une déferlante en "standing ovation".

"Mais, ne t'en va pas trop vite, David..." ne put s'empêcher de s'exclamer Sylvie à son fils qui, à la suite d'une brillante prestation au piano et des compliments échangés, s'esquivait sans se retourner une dernière fois... pour la dernière fois!...

Chaque geste, chaque seconde comme un instant d'éternité qui s'échapperait définitivement, à l'insu du poète:

" Las ! le temps non, mais nous, nous en allons " .

        

     ©  Theothea.com

A minuit en effet, la messe du Music-Hall était dite mais jamais les souvenirs n'auraient pris autant de souffle pour perdurer dans les esprits nostalgiques tel un grand fleuve bouillonnant où les leitmotivs du "Locomotion" avaient eu rendez-vous avec la plénitude du grand soir:  "Merci".

Theothea le 14/04/08

Sommaire      Billets de références

   

Sylvie Vartan   " Nouvelle Vague "

   

                              "Nouvelle Vague Tour"  photo  ©  Tyen      

     

Au cap de la soixantaine en 2004, Sylvie avait subjugué le Palais des Congrès avec un show retraçant sa carrière à travers une pléthore de styles musicaux; la voici de nouveau quatre années plus tard dans ce même lieu prestigieux pour inaugurer une tournée qui l'emmènera notamment en Corée et au Japon avec son spectacle "Nouvelle Vague" en écho à son récent album éponyme.

Dédié aux sixties symbolisées par un juke-box trônant à l'arrière de la scène duquel la chanteuse surgit en ouverture autant qu'elle conclura sa sortie trois heures plus tard, ce concert est l'occasion de s'immerger dans les tubes d'une époque réputée insouciante où les yé-yé faisaient les beaux jours du hit-parade.

Toute en énergie communicative, Sylvie arpente la vaste scène de long en large avec la résolution de faire retrouver, en partie selon un choix interactif du public, les saveurs et les émotions musicales d'un temps enfoui sous une pléiade de souvenirs voués à ces fameuses "idoles" des années soixante.

Cependant aidée par l'évolution de sa morphologie, l'artiste semble désormais s'orienter davantage vers une attitude de "crooner" au féminin tant par ses interprétations face micro que dans ses costumes de scène amples et carrés.

Alternant ainsi, en guise de chorégraphie, les allers-retours au pas de course en contrepoint de nostalgiques plages de plénitude, Sylvie semble chercher non un second souffle qu'elle maîtrise au mieux même en assurant deux représentations successives captées en ce samedi pour la télévision mais sans doute cette nouvelle étoile qui la guidera dans l'avenir de sa carrière, tel un papillon vibrionnant cherchant à éclore par métamorphoses successives.

Sous les lumières empathiques de Jacques Rouveyrollis et la mise en scène focalisante de Tony Scotti son mari, trois jeunes femmes choristes l'accompagnent avec conviction grâce à la fougue du rock et la sensualité du Rythm'& blues sachant répondre en pleine osmose à l'orchestre dirigé par Jannick Top, très attentif à toutes improvisations et adaptations en temps réel.

Lors de son retour d'Asie en avril, un concert exceptionnel est de nouveau programmé au Palais des Congrès de Paris; il pourrait être intéressant d'y apprécier les progressions que notre Vartan nationale aura apporté à sa "Nouvelle Vague" à l'expérience de son "mondial tour".

Theothea le 14/02/08

Sommaire      Billets de références

   

Sylvie Vartan  Palais des congrès  2004

   

     

Sylvie Vartan a soixante ans.... ce n'est pas rien!...

Deux heures et demie de spectacle au Palais des Congrès de Paris pour cette deuxième représentation d'un show à l'américaine retraçant une carrière, une époque, quasiment un demi-siècle celui du baby boom où vont se croiser toutes les influences musicales qu'elle aura eu le don de capter pour faire sienne cette vie de chanteuse qu'elle continue d'offrir en miroir à son public pour mieux le faire rêver!...

Le décor est ainsi planté pour que l'immense scène s'embrase au rythme d'un album photos de famille dont les pages telles des fulgurances reviennent en boomerang sur un écran oval focalisant la mémoire collective en autant de flashs glamour initiés par les mythiques sixties!...

Mais voici que cette charge émotionnelle du passé rebondit en direct live pour atteindre des moments de plénitude où, faisant de grands écarts avec sa légende, l'artiste ose des facettes inconnues jusqu'à présent à son répertoire... qui à leur tour rejoindront le patrimoine:

Ainsi pénétrant les chemins d'une sensualité lascive, la dame s'offre une danse suggestive en s'enroulant et se lovant telle une entraîneuse de boîte de nuit sous les vibratos d'une mélodie languissante, semblables à des intonations plaintives de Kim Carnes!...

En passant des yeux de Bette Davis à ceux d'Emma pour trôner sur un piédestal circulaire toute affriolante et charmeuse en une robe blanche lamée distillant le plaisir, c'est à quelques poses de Marylin Monroe que l'imaginaire pourrait se suspendre... le temps du fantasme!...

A dire vrai, tout un chacun a le choix dans le kaléidoscope mis en scène entre nostalgie et contemporanéité, de cocher ses préférences tant la volonté d'offrir l'excellence est multiple, notamment en medley endiablé!...

Comment ne pas se réjouir en revoyant les images de Sylvie imitant à s'y méprendre la gestuelle et le feeling de Tina Turner paradant dans sa fameuse jupette plissée rouge?

Mais comment ne pas être subjugué par la star française du rock & roll, sculptée dans son ensemble Laggarfeld pentalon noir blouson rouge, parcourant ici et maintenant le plateau de long en large dans l'effervescence de chorégraphies bigarrées, soudain contrastées par le lancement a capella de "Ce soir, je veux être la plus belle pour aller danser!..."?

Toutefois si le culte du charisme est justifié par tant d'années partagées dans le souvenir avec le public, est-ce vraiment indispensable d'entretenir la dévotion en suscitant une dialectique quasi charnelle avec les fans au point de faire du serrement de mains ponctué du serment "Je vous aime", un leitmotiv scandant le rituel des rappels?

A cette réserve près et à tout prendre, Sylvie c'est Sylvie Vartan en intégral exclusif et c'est donc plein de reconnaissance que tous quittent à regret le Palais où les émotions invitées en congrès ont été fascinées par un show à remonter le temps et où la séduction s'incarne au féminin éternel!...

Theothea le 30/09/04

Sommaire    Billets de références