Magazine du Spectacle vivant ...

   

 

   

Les    Chroniques   de

  

26ème  Saison     Chroniques   26.40   à   26.45    Page  470

     

     

       

                   

                 

  © Theothea.com

   

       

   

       

  © Theothea.com

     

     

   

LE ROI LION Le Musical  -  Vidéo  "Le Cercle de La Vie"  -  

MediaDay Mogador   © Theothea.com

   

   

            

           

  © Theothea.com

   

     

                

     

  © Theothea.com

     

           

     

74ème Festival de Cannes 2021

La Croisette 2021

   

Les Molières 2022

Les Lauréats 2022

Les Molières 2022

Les Molières 2020 Rédemption pour Crash en plein Vol

           

R E V I V A L

Stones No Filter

Wight ! 50 années après

     

Toutes nos  critiques   2021 - 2022

Les Chroniques de   Theothea.com   sur    

   

THEA BLOGS                    Recherche   par mots-clé                    THEA BLOGS          

LE ROI LION

      

de  ROGER ALLERS & IRENE MECCHI

mise en scène  JULIE TAYMOR / Véronique Bandelier

avec Ntsepa PITJENG, Noah NDEMA, Olivier BREITMAN, Gwendal MARIMOUTOU, Cylia, Sébastien PEREZ, Alexandre FAITROUNI, Rodrigue GALIO, Terja DIAVA, Abdel-Rahym MADI, Sébastien VALTER, Rachel VALERY...

****

     

Théâtre  Mogador 

      

© Theothea.com

   

Work in Progress

   

     

Alors que « Le Roi Lion » actuellement programmé à l’affiche parisienne jusque fin juillet 2022, des rumeurs annonceraient l’annonce prochaine d’une seconde saison à Mogador à l’instar des trois années déjà effectuées lors de la création française originelle de 2007 à 2010.

A l’époque, ce spectacle emportait trois Molières 2008, « Meilleure comédie musicale », « Meilleurs costumes » et « Meilleures lumières ».

Si, depuis plusieurs années, ces deux derniers prix sont désormais réunis en un seul intitulé « Création visuelle, scénographie, lumière, costumes », il est remarquable de noter que cette nouvelle production vient d’obtenir deux nouvelles nominations aux prochains Molières 2022, celles précisément pour lesquelles ces mêmes trophées lui avaient donc déjà été décernés en 2008.

A la relecture, de ce que nous écrivions concernant l’impact prévisible dès la soirée de gala 2007, il semblait acquis que cette réalisation haut de gamme atteignait des sommets inégalés dont nous sommes en mesure d’observer que, par surcroît aujourd’hui pour ce rendez-vous 21-22, l’excellence artistique est « généralisée » notamment celle de l’interprétation devenue très personnalisée voire même subjectivée.

C’est un réel plaisir partagé de la première seconde du show au baisser du rideau de scène que de ressentir cette initiation existentielle de la faune sauvage, par essence métaphorique, ravir nos sens et l’intellect grâce notamment à la distanciation opérée par ces masques sculptés et ces marionnettes à échelles différenciées au prorata de tailles humaines dont les rouages et autres leviers de manipulation demeurent apparents avec ce charme indéniable que procure le synchronisme en temps réel.

C’est cette créativité attrayante de la metteuse en scène originelle Julie Taymor qui séduit ainsi la planète entière depuis 1997 grâce à cette Comédie Musicale atypique initialisée à Broadway en provenance du non moins célèbre dessin animé Disney avec l’intention de fédérer tous les publics de tous les âges.

C’est à la fois magique, poétique, drôle et en même temps, cela interroge avec pertinence le monde du vivant.

Point étonnant que malgré les multiples reports et interruptions dus à la pandémie, la jauge du Théâtre Mogador ne cesse de faire le plein d’enthousiasme, de bonne humeur et d’étincelles dans les regards de ceux qui, très souvent, ont envie de revoir le spectacle à plusieurs reprises.

Theothea le 04/04/22

       

   

© Theothea.com

     

UNE HISTOIRE D'AMOUR

      

de &  mise en scène  Alexis Michalik

avec  Clément Aubert, Pauline Bression, Juliette Delacroix et Marica Soyer

****

     

Théâtre La Scala

      

© François Fonty

           

   Work in Progress

   

Le phénomène est à la mode; il est viral et n’aurait pas d’autre réplique que lui-même par ailleurs plutôt humble et la tête sur les épaules avec les yeux bleu profond.

Nous savons qu’il s’appelle Michalik et que son nom sonne comme un détonateur de « success story » ce qui au Théâtre est d’avantage qu’une simple étrangeté.

Bien sûr, il y a Ariane Mnouchkine en contre-exemple d’une réussite qui doit tout à la volonté de préserver son indépendance face aux sollicitations de pactisation avec le diable médiatico-spéculatif mais, lui, Alexis n’en aurait cure puisqu’il est prêt à faire feu de tout bois pourvu qu’il reste pleinement libre d’adapter sa méthode « anti ennui » aux sujets qu’il décide de traiter en surfant et en zappant sur tous les composants induits.

Bref cet artiste aux déjà cinq Molières, à la fois comédien, réalisateur, dramaturge et écrivain s’apparente à un Ovni dont tout le monde connaît désormais l’existence « jeune », le talent « récurrent » et l’influence « illimitée ».

On ne parle de ses pièces que parce qu’il faut les différencier les unes des autres, on ne parle de ses interprètes que parce qu’il intègre leurs potentialités interchangeables mais on ne peut échapper à son magnétisme scénographique puisque celui s’avère garant de capter tous les publics alors que seul compterait en définitive le mot de passe à divulguer : « Michalik » sonnant comme un sésame codé.

Qui, en effet, peut se vanter actuellement en 2022 après les affres du confinement Covid de faire salles pleines non pas pour un spectacle mais, bel et bien, pour six concomitants « Edmond », « Intra Muros », « Le Porteur d’histoire », « Une Histoire d’Amour » qu’il signe et « Les Producteurs » dont il n’est que le metteur en scène ?

Voilà l’essentiel est dit !… Alors si vous voulez apprécier la reprise de cette histoire d’amour au Théâtre La Scala, point besoin de « divulgacher » l’intrigue, celle-ci sort complètement des narrations à tiroir d’évènements historico-culturels précédents en s’appuyant tout au contraire sur le vécu au quotidien des avanies intimes que les multiples liens relationnels initiés par chacun d’entre nous entrechoquent jusqu’à les vulnérabiliser ou les rendre caduques.

Rires et larmes sont au rendez-vous d’un humour distancié bien décidé à ne jamais s’appesantir sur un état affectif plutôt qu’en son opposé.

Ici comme ailleurs, l’arme absolue de Michalik consiste à passer sans cesse d’une scène à l’autre par le fondu enchaîné voire même « déchaîné » sans jamais temporiser avec l’affect.

Theothea le 05/04/22

   

         

© Theothea.com

     

MOI J'AIME LE MUSIC HALL

« Moi J’aime le Music-Hall » Gérard Chambre enchante tubes & rengaines à l’unisson des Mathurins

      

de & mise en scène  Gérard Chambre

avec Véronique Fourcaud, Matthieu Gambier, Fabrice Coccitto, Marion Villaneau & Gérard Chambre

****

     

Théâtre des Mathurins

      

© Theothea.com

         

En tant que metteur en scène et acteur, Gérard Chambre a toujours fait du Théâtre et du Cinéma son terrain de jeu favori mais ce que, sans doute, l’on sait moins, c’est son attrait pour la musique, la composition et même l’interprétation, par exemple en ayant repris précédemment le rôle de Jacques Brel dans une adaptation de « L’homme de la Mancha ».

C’est donc en passionné par la chanson française qu’il créa, en 2016, au château de Lacoste sous les auspices de Pierre Cardin, son « Moi j’aime le Music-Hall » qu’il poursuivit, par la suite, sur plusieurs saisons dans le magnifique petit Théâtre de Chez Maxim’s tous les lundis soirs alors que le célèbre restaurant parisien faisait relâche hebdomadaire.

Actuellement, c’est donc le Théâtre des Mathurins qui accueille la reprise de cette discrète mais terriblement efficace production de la compagnie « Opéra ma non troppo » forcément vouée au succès tant ce spectacle est à la fois sympathique, chaleureux et source effective d'émotions, de souvenances et de nostalgie avec l’ensemble de ces refrains, rengaines ou autres tubes qui peuplent la mémoire des multiples générations ainsi entrecroisées.

     

     

© François Black

           

Edifiant des saynètes scénarisées autour de ces extraits chantés a capella, en chœur ou en canon accompagnés d’une pianiste/organiste s’adaptant à tous les styles, à tous les rythmes, ce récital en forme de play-list ou de best of prend aisément des allures de Comédie Musicale pouvant s’apparenter à un spectacle de Music-Hall dans la plus élégante de ses traditions artisanales, c’est-à-dire celle inspirée par la bonne humeur partagée avec le public.

Des classiques Trenet, Bécaud, Piaf, Brel, Barbara, Gréco, Montand, Aznavour, Brassens… aux artistes sixties Sylvie Vartan, Françoise Hardy, Sheila, Julien Clerc, Dalida, Claude François, Johnny Hallyday… à ceux des seventies tel Alain Souchon jusqu’aux récents à l’instar de Stromae… Formidable donc !

C’est plus de 80 chansons pour une soixantaine d’interprètes que, sous une formation légèrement plus resserrée qu'à l’origine, Véronique Fourcaud la battante, Mathieu Gambier le crooner, Fabrice Coccitto l’espiègle emballent le piano de Marion Villaneau la performante placée à Cour en laissant libres, à Jardin, flux & reflux pour les entrées & sorties de ces baladins ainsi emmenés par un Gérard Chambre amusé, rieur, malicieux et plein d’entrain comme ce chef de bande expérimenté et néanmoins juvénile qu’il est devenu au fil de son talent en arborant pour la circonstance un look d’enfer tendance Keith Richards !…

     

   

© François Black

            

Ok ! On se calme mais il est tellement compréhensible que des aficionados reviennent voir ce spectacle à de multiples reprises puisque son objectif affiché, assumé et revendiqué est bel et bien de se faire plaisir en redécouvrant tout ce que l'âme des poètes a su semer dans les esgourdes, les regards, les esprits et le cœur au détour de trois petites notes de musique sachant nous enchanter au premier accord, nous émouvoir jusqu’aux larmes et nous faire frissonner dès le vibrato de chacune de leur aubade entonnée.

C’est séduisant ! C’est enivrant ! C’est essentiellement réconfortant !… Voici « Hair » pour un rappel tous ensemble…Let the sun shine in… Laissons entrer le Soleil !

Theothea le 25/03/22

   

         

© Theothea.com

     

ISABELLE GEORGES CHANTE BECAUD

      

de Isabelle Georges & Bruno Fontaine

avec Isabelle GEORGES – Chant, Frederik STEENBRINK – chant, Bruno FONTAINE – Piano, Benoit DUNOYER – Contrebasse, Daniel CIAMPOLINI – Batterie et Adrien SANCHEZ – Saxophone

****

     

Bal Blomet

      

© Theothea.com

           

   

         

     

© Theothea.com

     

USE ME

      

de Isabelle Janier

mise en scène Isabelle Janier

avec Isabelle Janier & Roc Lafortune

****

     

Théâtre La Scala

      

© Theothea.com

           

   

         

     

© Theothea.com

     

Recherche   par mots-clé

 

 

   

      

       

© Theothea.com

   

   

   

     

          

© Theothea.com

     

     

     

          

     

© Theothea.com

     

       

     

         

       

© Theothea.com

   

   

   

   

   

         

© Theothea.com